Le fou et le sage

Le fou et le sage

Le fou et le sage

Des fois je me dis qu’entre un sage et un fou il y a une si petite différence. A quoi ça se joue? Tous les 2 sont capables, très intelligents, savent analyser et utiliser les éléments; Ils peuvent avoir accès aux mystères universelles. Au capacités subtiles et amplifier ainsi leur création.
Mais le fou est dépourvu du sens de ses actions et ne contient pas ces forces. Alors il est emporté par elles. Ça tourne d’une action destructrice contre lui ou les autres à des abominations inimaginables. La limite de son comportement est inexistante. Il ne sait pas se contenir. Il n’a pas un code de valeurs qui l’empêche de faire mal, mais plutôt justifie le mal d’une façon créative en devenant un chevalier de l’apocalypse. Un outil de la destruction. La lumière est détournée et n’accomplit pas son rôle de guide de son bateau. La lumière ne créé pas la cohérence et la contenance de tout cela dans un structure cohérente.
Alors que chez le sage si . Il sait pourquoi il fait un truc et il sait à quoi ça sert, et en sentant les conséquences il les assume, car c’est important qu’il agisse ainsi. Il est créatif à trouver des solutions pour apporter au monde équilibre et amour, apaisement et soutien. Il sait ce qu’il fait et pourquoi et il l’assume entièrement. il est maitre de son destin et commande aux éléments. Et toutes les forces de l’univers l’aident à accomplir sa volonté sublimée.

Posted in Mes pensées du moment, Séances | Tagged , , , , , | Leave a comment

Roûmi sur la sublimation humaine

Caresser la lune Roûmi

Si tu rêves de caresser la lune

Ne lui tourne pas le dos !

Si tu n’es pas malade

Pourquoi te caches-tu sous une couverture ?

Tu es dans une mine de douceurs.

Pourquoi donc as-tu l’air aigri ?

Tu vis dans le printemps de la vie.

Pourquoi es-tu fané de l’intérieur ?

Ne te bats pas contre toi-même !

Ne fuis pas ce qui pourrait faire ta gloire !

Comme l’intrépide papillon de nuit, plonge tête baissée dans la flamme.

Pourquoi t’enchainer à tes obsessions ?

Consume-toi dans les flammes,

Jusqu’à embraser ton cœur et ton âme.

Sors de ta vieille carcasse

Pour te former un nouveau corps.

Pourquoi as-tu peur du renard

Alors que tu descends du lion ?

Pourquoi être boiteux

Alors que tu as la force de l’étalon ?

Le bien-aimé après lequel tu cours

Viendra ouvrir la porte à ta bonne fortune,

Car l’amour est la clé

Qui ouvre tous nos cadenas.

Posted in Mes pensées du moment, Séances | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Une explication géniale de la dévoration par Oscar Wilde

La ballade de la geôle de Reading

Oscar Wilde

« Pourtant chacun homme tue l’être qu’il aime,

- Que tous entendent ces paroles !

Certains le font avec un regard dur

D’autres avec un mot flatteur ;

Le lâche, lui, tue avec un baiser,

Et le brave avec une épée !

Certains tuent leur amour quand ils sont jeunes,

D’autres quand ils sont déjà vieux ;

L’un étrangle avec les mains du Désir,

Et l’autre avec les mains de l’Or ;

Le plus charitable use d’ un couteau,

Car le mort se refroidit vite.

Tel aime trop peu, trop longtemps tel autre ;

Certains vendent, d’autres achètent ;

L’un commet son crime en versant des larmes

Et l’autre sans même un soupir ;

Car si chaque homme tue l’être qu’il aime,

Chaque homme ne doit en mourir. »

Extrait de La ballade de la geôle de Reading

Posted in Mes pensées du moment, Uncategorized | Tagged , , , , , | Leave a comment

Le pêcheur et les poissons

Le pêcheur et les poissons

Le pêcheur et les poissons

Un jour, un pêcheur attrape dans un filet la mère des poissons ensemble avec ses petits.
Les petits s’inquiètent: « Maman, maman, on a été pêchés! »
Leur mère, d’une voix imperturbable, leur répond: « Ce n’est pas grave, mes petits , vous êtes en sécurité, vous êtes avec moi! »

Arrivés à la maison, le pêcheur les donne à sa femme afin qu’elle les cuisine pour le diner.
Elles commence à les écailler….alors les petits, plus angoissés encore, appellent leur mère: « Maman, maman, on nous écaille! ».
Leur mère, d’une voix imperturbable, leur répond: « Ce n’est pas grave, mes petits , vous êtes en sécurité, vous êtes avec moi! »

La cuisinière commence à tourner les poissons dans la farine , la poêle commence à chauffer sur la plaque. Les petits sont presque évanouis de peur: « Maman, maman, on va nous frire, on va mourir, maman! ».
Leur mère, d’une voix imperturbable, leur répond: « Ce n’est pas grave, mes petits , vous êtes en sécurité, vous êtes avec moi! »

Finalement, les poissons sont jetés dans la poêle…Les petits disent à leur mère: « Maman, maman, qu’est ce qu’on fait maintenant? »
Leur mère leur dit « alors là, mes petits, c’est la fin. Nous sommes foutus! »

Posted in Mes pensées du moment, Mythes, légendes et divinités dans l’humanité, Stages | Tagged , , , , , | Leave a comment

Éviter, une façon détournée de la colère?

Eviter, une façon détournée de la colère?

Nous avons un grand enjeu aujourd’hui. Manifester de façon saine et équilibrée la colère.

Aristote disait dans sa grande sagesse:  »N’importe qui peut se mettre en colère, ça c’est facile. Mais en colère contre la bonne personne, dans la bonne mesure, au bon moment, pour la bonne raison et de la bonne manière, ce n’est pas facile ».

Jaillissant dans un environnement hostile à l’affirmation de soi, peut importe l’endroit sur terre, depuis le berceau jusqu’au plus avancé âge,  il semble logique que la colère soit réprimandée, première prémisse de l’affirmation de soi.

Nous avons pour autant beaucoup de colère , d’autant plus je dirais,  que nous l’enfuyons à l’intérieur. Elle ne peut pas disparaitre. Notre force psychique est comme un torrent, un cracken à l’intérieur.  Mais sans éducation de comment la canaliser, sans permission de l’exprimer, elle se détourne d’une façon pervertie dans des comportements sado-masochistes contre soi et les autres, allant jusqu’à une castration de  toute évolution et mort de l’être à l’intérieur.

Nous exprimons indirectement notre colère :

- en évitant la personne
- en adoptant une communication non directe et caractérisée par de petites confrontations
- en employant un humour qui dévalorise l’autre
- en riant ou en souriant lorsque la personne a un malheur
- en usant de sarcasme ou de cynisme
- en minimisant la douleur de l’autre, peut-être en se moquant de lui ou en paraissant désinvolte
- en cherchant la perfection chez l’autre, ou en pinaillant lorsque les choses ne sont pas à leur place
- en refusant de coopérer
- en faisant des rêves agressifs ou violents
- en souffrant d’insomnie
- en faisant une dépression
- en étant physiquement tendu
- en bâillant ou en s’endormant à des moments inopportuns
- en adoptant un style de vie de communication excessivement gentil ou poli
- en paraissant toujours positif, joyeux et imperturbable
- en ayant des comportements autodestructeurs (négligence de soi, automutilation, se rendre malade etc…)

Il est essentiel pour cette période de lâcher la voie rapide ancestrale de déni de la colère et apprendre à la canaliser avec responsabilité, pour ré-créer la sécurité entre nous, et nous affirmer enfin en tant que créateurs de nouvelles structures adaptées à notre conscience véritable.  Nous avons un enjeu de survie de l’espèce aujourd’hui, qui se joue dans la gestion de ces émotions torrentielles. Il est impératif de les libérer en les contenant pour la survie de l’espèce et de nos enfants. Devenons responsables: nous les avons invités sur terre, laisssons-leur une chance de continuer la vie ici.

Posted in Mes pensées du moment, Stages, Séances | Tagged , , , , , | Leave a comment

Rien plus important que d’être Soi

Dans l’espace vaste qui existe entre les cages de la personnalité humaine, je me promène et j’observe des gens persuadés qu’ils sont libres mais qui restent dans ces cages. Des gens qui ont travaillé sur eux et ont réussi à ouvrir la porte de leur cage mais qui ne sortent toujours pas. Des gens qui de façon inversée croient que c’est dangereux d’y sortir. Des gens qui ne dépassent pas l’empreinte de naissance, comme des esclaves marqués au fer rouge à obéir à des forces hostiles à leur sublimation, à leur liberté et à la vie sur terre.

Je regarde leurs hésitations , leur effroi quand ils sentent ma vibration.

Elle ne correspond pas à ce qu’ils savent des cages. Elle leur fait des fois peur, des fois les intrigue.

Des fois ils essaient de me formater afin que je rentre dans une cage, comme eux. Cela les rassurerait, surement. Des fois ils me menacent, et à force de voir qu’ils sont impuissants dans leurs tentatives, ils m’abandonnent, en me prévoyant le malheur, le danger en me souhaitant des malédictions.

Comme une caravane silencieuse, j’avance. J’ai mon rythme que je respecte. Je suis bien évidemment soumise aux lois de la matière et de faire avec les autres. Je sens les fardeaux qu’ils veulent me filer, en vain. Je ne prends plus que le mien.

SI la terre où un esprit me demande de l’aide, je fais au cas par cas, si je peux je l’aide. Mais je n’entretiens plus l’exploitation, l’abus, je ne prends plus aucune responsabilité pour quelqu’un d’autre qui n’est pas un enfant en bas age qu’on m’a confié.

Je fais voir au gens les conséquences de leurs actes et les faire disposer, en conscience. Chacun se positionne comme il a envie pour sa vie.

La plus importante chose qu’elle soit pour moi, c’est d’être fidèle à ce que JE me suis proposée. Être moi, reflet du MOI. Être ensemble, cette cohérence qui vient comme un désir depuis la nuit des temps. Être, en Conscience. M’aimer tellement que personne ne puisse me diverger de mon chemin. Me sublimer. Le reste est auxiliaire. Arriver au bon port, de ce que je me suis proposée. Écouter la voie silencieuse et si pleine d’informations de l’intérieur. Assumer ce que l’être est dans sa liberté à couper le souffle. Être simplement dans cette magnificence et à travers mon exemple prouver aux autres que c’est possible, et qu’ils sont aussi des personnalités de ce genre.

L’amour me vient en premier . L’amour qui se manifeste par un désir désintéressé de servir l’autre dans son évolution. Chaque mot, chaque geste dans ce sens. Même s’il ne comprend pas, même s’il me pousse à ce que je le garde dans sa cage. Le vrai Amour qui passe par la sincérité, l »intégrité, la compassion, la décision, la libération, la créativité et l’humour. Oui, j’ai envie de m’amuser et je rirai même si plus personne ne rira avec moi sur cette terre. Mais je rirai vraiment du fond de mes entrailles. De ces rires qui guérissent tout. D’un rire qui jaillit comme un geyser du fond de ma terre, que j’ai contacté à sa source, profondément. Que je protégerai coute que coute. Oui, je rirai.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Le vieux chien et le jeune léopard

fable

fable chien singe et léopard

Un jour, un vieux chien part à la chasse aux papillons, et s’aperçoit qu’il s’est perdu. Errant au hasard en tentant de retrouver son chemin, il voit un léopard courir vers lui avec l’intention visible de faire un bon repas. Le vieux chien pense : « Oh, oh! Je suis vraiment dans la merde, là ! » Remarquant les quelques os d’une carcasse qui traîne sur le sol à proximité, il se met aussitôt à mâcher les os, tournant le dos au léopard qui approche. Quand celui-ci est sur le point de lui sauter dessus, le vieux chien s’exclame haut et fort : « Ouais, ce léopard était vraiment excellent ! Je me demande s’il y en a d’autres par ici ? » En entendant cela, le jeune léopard interrompt son attaque en plein élan, il regarde le chien avec effroi, et s’enfuit en rampant sous les fourrés. « Ouf ! », soupire le léopard, « c’était tout juste. Ce vieux chien a failli m’avoir ! » Cependant, un singe, qui avait observé toute la scène d ‘une branche d’arbre à proximité, se dit qu’il pourrait mettre à profit ce qu’il sait en négociant avec le léopard et obtenir ainsi sa protection. Il part donc le rattraper, mais le vieux chien, le voyant courir à toute vitesse après le léopard, réalise que quelque chose doit se tramer. Le singe rattrape le léopard, lui dévoile le pot aux roses, et lui propose un marché. Le jeune léopard est furieux d’avoir été trompé : « Viens ici le singe, monte sur mon dos, et tu vas voir ce qui va arriver à ce petit malin ! » Le vieux chien voit le léopard accourir avec le singe sur son dos et s’inquiète : « Que vais-je faire maintenant ? » Mais au lieu de s’enfuir, le chien s’assied dos à ses agresseurs, faisant semblant une fois de plus de ne pas les avoir vus, et juste au moment où ils arrivent à portée de voix, il s’exclame : « Où est donc ce foutu singe ? ça fait une heure que je l’ai envoyé me chercher un autre léopard ! »

Morale de cette histoire: L’âge et la ruse arriveront toujours à triompher de la jeunesse et de la force…!! L ‘astuce et l’esprit viennent seulement avec l’âge et l’expérience…

Posted in Mythes, légendes et divinités dans l’humanité, Stages | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Le fou et la fortune

LA roue de la fortune

LA roue de la fortune

Un homme avait l´impression qu´il n´avait pas assez de fortune, et un jour il décida de demander au sorcier de la forêt qu´il change ça.
Au bord de la forêt, il rencontra un loup. „Hé, où vas-tu?“, demanda le loup.
„Je vais demander au sorcier qu´il me donne de la fortune!“
„Si tu le vois,“ dit le loup, „est-ce que tu le peux demander pourquoi j´ai toujours faim?“
„D´accord“, dit l´homme.
Un peu plus tard, un arbre lui demanda:
„Où vas-tu?“
„Je vais demander au sorcier qu´il me donne de la fortune!“
„Si tu le vois,“ dit l´arbre, „est-ce que tu le peux demander pourquoi mes racines ne trouvent pas de l´eau bien que je me trouve au bord d´un fleuve?“
„D´accord“, dit l´homme.
Un peu plus tard, il vit une belle femme assise au bord du fleuve.
Elle pleurait. Elle lui posa la même question :
„Où vas-tu? “
„Je vais demander au sorcier qu´il me donne de la fortune!“
„Si tu le vois, est-ce que tu peux le demander pourquoi je suis toujours si triste?“
„D´accord“, dit l´homme.
Enfin il arriva chez le sorcier, qui habitait au milieu de la forêt.
„Grand sorcier, moi je n´ai jamais fortune! Toi, qui es si puissant, donne moi de la fortune, s´il te plaît! “
„Mais oui. Tu en auras! “
Que l´homme était heureux d´entendre ces mots, et il était très pressé. Maintenant il trouvera enfin la fortune!
Il était très pressé en route vers sa nouvelle vie, et l´arbre devait l´appeler:
„Tu as posé ma question au sorcier? Qu´est qu´il a dit?“
„Il dit que tes racines sont bloqués par un pot d´or qui est caché là.
Il faut que quelqu’un l´enlève. Adieu, je suis pressé parce que la fortune m´attend ! “
La belle femme voulait aussi savoir la réponse du sorcier.
„Le sorcier a dit que tu est tellement triste parce que tu souffres de la solitude. Mais un homme passera bientôt, vous tomberez amoureux et tu seras très heureuse. C´est tout. Je suis très pressé, parce que pour moi la vie va commencer ! J´auras de la fortune ! “
En quittant la forêt, il rencontra le loup.
„Pas si vite, mon ami ! Qu´est-ce que le sorcier a répondu sur ma question ? “
„Il a dit que tu as toujours faim parce que tu n´as rien à manger. Mais il a ajouté, si le fou devait repasser chez toi, il serait à toi, comme déjeuner. “

Posted in Mythes, légendes et divinités dans l’humanité, Stages | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

L’Aigle – ou comment sa nature profonde revient toujours

L'aigle

L'aigle

Un paysan trouva un petit aigle qui était tombé de son nid. Il l’emmena chez lui, afin de l’élever avec ses poules.
Un jour, alors que le vétérinaire de la contrée, et ami de longue date de ce paysan, le visitait, il fut profondément étonné de voir un aigle à la basse-cour. Il s’écria : “Comment cela se fait-il?! Un aigle, oiseau majestueux, qui atteindra une envergure de deux, même trois mètres quand il sera adulte, dans une basse-cour!”
“Je le sais”, lui répondit le paysan. “Mais moi, j’en ai fait une poule, de cet aigle! Vois-donc comme il est heureux chez ses copains, comme il picore les graines de blé parmi les volailles!”
“Même s’il se comporte à présent comme tes poules, c’est toujours un aigle, il a le cœur d’un aigle, il doit voler!”
“Non, c’est une poule maintenant!”
Le visiteur était contrarie. Il demanda :
“Tu me le prêtes pour quelque temps? Je vais te montrer que c’est toujours un aigle et pas une poule!”
Le fermier hocha la tête.
“Fais ce que tu voudras, je sais que c’est une poule”.

Le visiteur plaça l’animal sur le plus haut arbre du village. Là, il lui dit:
“Tu es un aigle, tu sais voler! Vole donc!”
L’aigle regarda les arbres, les maisons, les champs mais ne bougea pas. Enfin il vit la basse- cour avec tous les poules, sauta de l’arbre et la rejoignit rapidement.
Le paysan, la voix triomphante, claironna :
“Tu vois donc ? J’en ai fait une poule, bien qu’il soit né aigle !”
Son ami n’était pas d’accord.
“Et alors, ce n’était qu’une première tentative. Laisse-moi essayer encore une fois, et tu verras que c’est toujours un aigle!”
Le paysan n’objecta pas. “Fais ce que tu veux, je sais que j’en ai fait une poule!”

Maintenant le visiteur porta le jeune aigle jusqu’à la flèche du clocher, en lui disant: “Aigle, tu es un oiseau, tu peux voler! Tu n’est pas une poule!”
Mais de nouveau l’aigle ne fit que regarder les alentours pour quelques moments et puis il retourna à la ferme.
Le paysan l’accueillit : “Bienvenue chez toi, mon cher poulet!”, et s’adressa a son visiteur: “Cela devrait suffire pour te convaincre, ce n’est plus un aigle”.
“Non, non, bien qu’il se comporte comme une poule, je persiste à croire que c’est toujours un aigle! Il appartient au ciel, pas à la basse-cour ! Donne-moi donc encore une seule chance, la dernière, pour te le prouver !”
“Pour moi, tu peux faire ce que tu veux! Tu ne trouveras rien d’autre que ce qu’on a déjà vu.”

Cette fois, le visiteur emmena l’aigle sur une montagne. Il arriva au sommet juste au lever du soleil et chuchota en suppliant : “Aigle, toi qui es le roi des ciels, étends tes ailes, prends ton envol! C’est ton royaume !”
L’aigle trembla un peu, comme envahi d’une nouvelle vitalité…mais ne bougea pas.
Puis l’homme orienta l’aigle de telle façon qu’il faisait face directement au soleil levant. Enfin l’aigle, peu à peu, déploya ses ailes et puis, il prit enfin son envol… volant plus haut… et encore plus haut … jusqu’à disparaitre dans le ciel au-delà des montagnes.

Posted in Mythes, légendes et divinités dans l’humanité | Tagged , , , , , | Leave a comment

Preuves de la Conscience

Dans le processus de clarification et sublimation de l Être, la Conscience commence à imprimer une attitude qui tend vers l’alignement aux lois naturelles de l’Univers: l’équilibre et l’évolution.  Nombreux sont les pièges à cette voie et des forces adverses à notre sublimation nous guettent à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur. C’ets pour cette raison que depuis les anciens temps les livres de sagesse, les sages, les enseignants expérimentés nous enseignent la voie du milieu. J’ai trouvé utile de rassembler dans cet article un ensemble de comportements qui dénotent , comme des repères, ce que les livres appellent sagesse et ce que j’ai constaté en moi et autour de moi. En quelque sorte, ce qui est juste est reconnu par tout le monde et c’est la voie de la Conscience, qui à partir d’un certain point, devient Une .

Preuve de la Conscience

Preuve de la Conscience

1. Faire ce que tu dis ;

2. Ressentir le désarroi de l’autre et avoir envie de l’aider ;

3. Pouvoir nuire à quelqu’un et ne pas le faire par code moral personnel ;

4. Agir selon ce qui est ressenti juste depuis l’intérieur et non pas depuis l’obligation extérieure, et rester sur ses positions, coute que coute ->Intégrité ;

5. Pouvoir se sacrifier pour une noble cause ou pour quelqu’un ;

6. Refuser d’être complice à un abus ;

7. Dire sa vérité intérieure et la bâtir sur terre ;

8. Utiliser l’œil critique pour toujours s’améliorer soi et créer l’évolution ;

9. Aller jusqu’au bout de ce qu’on s’est proposé et ne pas lâcher avant ;

10. Chercher la précision et ne pas se contenter avant que le ressenti soit content ;

11. Mettre toujours le cap sur une étoile et se déplacer vers elle ;

12. Je suis le Maître souverain de mon corps et de mon espace personnel ;

13. Je décide comme un libre créateur ce que je crée à chaque instant ;

14. Attitude générale d’accueil bienveillant de tout ce qui existe ;

15. La conscience que chacun manifeste sa vérité et qu’il y en a autant que d’humains sur terre ;

16. La conscience que ce que je vis vient de moi et non pas de l’autre. L’autre joue mon scénario ;

17. Éliminer les fantasmes de ce que le monde devrait, aurait dû, aurait pu, pourrait, devrait être. Tout cela est virtuel. Ce qui est, est la seule réalité viable.

18. La réalité est décidée de l’intérieur, peu importe ce que je vis à l’extérieur ;

19. Je respecte le choix de l’autre. Il a une raison même si je ne la vois pas. Il est différent ;

20. J’ai le droit d’intervenir comme me semble juste et le dire. C’est un droit fondamental de l’être ;

21. S’aligner sur l’équilibre et l’évolution depuis un désir intérieur ardent ;

22. Adorer la connaissance. Rien lâcher avant d’avoir une explication qui tient la route.

23. Une pensée claire, simple et précise. Sortir de l’ambiguïté. Retrouver l’origine perdue.

24. Pas de compromis humiliants pour l’être. Faire la serpillière nuit à sa dignité.

25. Accepter la monstruosité comme faisant partie du monde et de soi-même et la baigner de compassion.

26. Éliminer la culpabilité et la condescendance comme 2 pôles opposés du même déséquilibre : la petitesse de l’être.

27. Agir en égale mesure pour son intérêt que pour l’autrui.

28. Être ferme sans être rigide.

29. Être souple sans être mou ou déconcentré.

30. Remplacer la réaction de vengeance justifiant une blessure par une action juste.

31. Avoir toujours branché comme une lampe frontale le sens de nos actes et paroles.

32. Se prendre à la légère dans la vie. S’amuser et passer par le jeu. Rire de soi-même.

33. La fluidité de son corps et de la transformation de ses émotions, la souplesse et la simplicité de ses pensées, la compassion et la résilience de ses comportements

Posted in Mes pensées du moment, Stages | Tagged , , , , | Leave a comment